VOUS ALLEZ ETRE ANESTHESIE(E)
L'anesthésie doit permettre de réaliser, dans les meilleures conditions de confort et de sécurité, l'intervention chirurgicale ou l'examen qui a été programmé par le chirurgien. Le choix du type d'anesthésie sera déterminé au mieux, en tenant compte de l'acte prévu, de votre état de santé et des résultats des examens complémentaires éventuellement prescrits.


Tout acte médical, même conduit avec compétence et dans le respect des données actuelles de la science, présente un risque.
Les conditions actuelles de surveillance de l'anesthésie et de la période de réveil permettent de dépister rapidement d'éventuelles anomalies non prévisibles et de les traiter.

Prise en charge par une équipe d'anesthésistes-réanimateurs
C'est une équipe d'anesthésistes-réanimateurs, parfois aidés d'infirmières spécialisées, qui vous prendra en charge, afin d'assurer la continuité des soins depuis la consultation et la visite préanesthésique jusqu'à votre réveil en salle de surveillance post-interventionnelle. Il se peut que le médecin anesthésique que vous voyez en consultation ne soit pas celui qui pratiquera votre anesthésie. Ce dernier sera alors informé de votre cas par le dossier médical anesthésique.

Sécurité & prévention des infections nosocomiales
Conformément aux textes réglementaires sur la sécurité en anesthésie, l'anesthésie se déroule dans une salle équipée de matériels régulièrement vérifiés et entretenus.

Dans un souci de sécurité sanitaire et de prévention des infections nosocomiales, nous utilisons, pour chaque patient, du matériel soit à usage unique, soit désinfecté ou stérilisé en respectant les normes en vigueur. Ce programme s'inscrit dans une démarche d'assurance-qualité qui comporte le respect des précautions universelles et la prévention du risque de contamination.

Risques & inconvénients de l'anesthésie loco-régionale
Après une rachi-anesthésie ou une anesthésie péridurale, des maux de tête peuvent survenir. Ils nécessitent parfois un repos de plusieurs jours ou un traitement local spécifique.

Une paralysie transitoire de la vessie peut nécessiter la pose temporaire d'une sonde urinaire.
Des douleurs au niveau du point de ponction dans le dos sont également possibles.
Une répétition de la ponction peut être nécessaire en cas de difficultés.
Des démangeaisons, liées à l'utilisation de dérivés de la morphine chez certains malades, peuvent survenir.
Trés rarement, on peut observer une baisse transitoire de l'acuité visuelle ou de l'audition.
Des complications plus graves, comme des convulsions, une paralysie permanente ou une perte plus ou moins étendue des sensations, sont extrêmement rares. Quelques cas sont décrits, alors que des dizaines de milliers d'anesthésie de ce type sont réalisées chaque années.
Au cours de l'anesthésie loco-régionale de l'oeil (péri ou rétro-bulbaire), un traumatisme de globe oculaire est exceptionnel. Il peut se produire un hématome temporaire.

Risques et inconvénients d'une anesthésie générale
Les nausées et les vomissements au réveil sont devenus moins fréquents avec les nouvelles techniques et les nouveaux médicaments. Les accidents liès au passage de vomissements dans les poumons sont très rares si les consignes de jeûne sont bien respectées.

L'introduction d'un tube dans la trachée (intubation) ou dans la gorge (masque laryngé) pour assurer la respiration pendant l'anesthésie peut provoquer des maux de gorge ou un enrouement passager.

Des traumatismes dentaires sont également possibles.
C'est pourquoi il faut :
• signaler toute fragilité dentaire particulière ou prothèse fixe (bridge, pivots).
• retirer, avant toute anesthésie, la ou les prothèses dentaires amovibles.

Une rougeur au niveau de la veine où les produits ont été injectés peut s'observer. Elle disparaît normalement en quelques jours.

La position sur la table d'opération peut entraîner la compression de certains nerfs (comme pendant un sommeil profond) et provoquer l'engourdissement ou , exceptionnellement, la paralysie d'un bras ou d'une jambe. Dans la majorité des cas, les choses rentrent dans l'ordre en quelques jours voire en quelques semaines.

Des complications imprévisibles comportant un risque vital, comme une allergie grave, un arrêt cardiaque, une asphyxie, sont extrêmement rares. Pour donner un ordre de grandeur, une complication sérieuse ne survient que pour plusieurs dizaines de milliers d'anesthésies (1/ 10 000).